Chantier fin novembre 2011 En effet, comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire la disparition des lits sanitaires (soins) décidé par l'ARS est un non sens. Sur notre secteur, la prise en charge des personnes âgées avec des services bien implantés (ADMR, SSIAD, Infirmiers libéraux), conjugués au soutien familial permet un maintien à domicile de qualité.
L'hôpital actuel, malgré ses vieux locaux, permet d'accueillir les personnes qui, par choix ou obligation, quittent le domicile. Les personnes âgées sont ainsi accueillies avec dignité et respect jusqu'à la fin du chemin.

Le chantier le 29 février 2012 L'hôpital local permet aussi des hospitalisations simples qui désengorgent les services des urgences et les plateaux techniques de pointe.
Passé le choc de l'annonce de la «suppression des lits sanitaires à l'ouverture du nouvel établissement », chacun à son niveau est intervenu et intervient pour faire évoluer la situation. La présentation, début novembre, du Plan Régional de Santé m'aura permis à nouveau d'exprimer notre incompréhension et l'incroyable gâchis humain et financier. Soutenu par les professionnels de santé, les représentants des usagers, le maire de Pontarlier, président de la conférence de territoire de Franche Comté, notre projet semble faire chemin. L'idée de proposer une filière gériatrique complète sur notre secteur est de retour dans le cadre d'une coopération élargie avec les hôpitaux de Mouthe et Pontarlier.

Nous restons concentrés sur l'essentiel : un accès aux soins de premier recours sur notre canton et le droit à la dignité en fin de vie.

Notre force de conviction et notre capacité d'indignation donnent toute la légitimité à notre combat.

Dans les nouveaux murs, il existera un vrai projet de soins porté par des soignants motivés.

Le nouvel hôpital sur le projet